CELIBATTANT

Le mariage serait source d'anxiété

Date:  25-07-2017 Catégorie:  Actualités

Célibataires oyé oyé…Après toutes les études scientifiques qui, une fois leurs conclusions raccourcies et tout degré de nuances effacé, semblaient vanter l’institution du mariage comme étant bonne pour la santé, voilà que cette croyance prend l’eau. Eh non, le mariage n’est pas ou plutôt n’est plus bon pour la santé. C'est du moins ce que dit une étude MADE IN US. Les bénéfices du mariage sur la santé se seraient détériorés avec le temps.

Encore Le 12 juin dernier, on pouvait lire ceci que pour avoir un cœur en pleine forme, il fallait avoir le cœur pris : être marié.  Recommandation émanant de chercheurs britanniques de l’Aston Medical School à Birmingham (Royaume-Uni). Le Dr Paul Carter (on dirait le nom du personnage dans Urgences) 

et son équipe en sont arrivés à cette conclusion en menant une étude auprès d'un million d'adultes britanniques qui souffraient d'hypertension, de cholestérol ou de diabète, autrement dit, trois facteurs de risque cardiovasculaires. Un million de personnes suivies pendant 14 ans afin d’évaluer l’éventuel impact du mariage sur la santé cardiovasculaire des participants à l’étude. 

A ce stade de ma lecture, je me dis qu’on jette vraiment l’argent par les fenêtres au lieu de tenter de trouver des traitements à des maladies orphelines mais je continue la lecture tout de même.

Pour cela, les décès toutes causes confondues, y compris ceux liés à des troubles cardiaques, ont été pris en compte. Verdict : les hommes et les femmes âgés de 50 à 70 ans qui présentaient un taux élevé de cholestérol avaient 16% plus de chances d'être en vie à la fin de l'étude s'ils étaient mariés que s'ils étaient célibataires. Le même constat a été fait concernant le diabète et l'hypertension artérielle : les personnes mariées affichaient un plus grand taux de survie que les célibataires.

Tadaaaaa ! Merci au Dr Carter. John ? Non, Paul.


Etude américaine venue de l’Ohio

Mais tout cela, c’était avant la nouvelle étude menée par Dmitry Tumin, un chercheur en sociologie de l'Université d'État de l'Ohio et publiée dans la revue Social Science Quarterly. Cette étude dont les données chiffrées proviennent du Panel Study of Income Dynamics s’est intéressée à la santé de 12 373 personnes mariées sur des laps de temps variés et à des périodes différentes. Et là, les participants devaient noter régulièrement leur état de santé général sur une échelle allant d’excellent à mauvais. Partant de ces notes subjectives, le chercheur déduit que les bénéfices du mariage se sont détériorés avec le temps et qu’ils ne sont visibles que chez les couples mariés depuis plus de 10 ans. Le mariage aurait-il mal au cœur ? Souffrirait-il d’hypertension, de diabète ? Le mariage serait devenu selon le médecin (qui compulse des chiffres de données subjectives) une source d’anxiété.

Attendez, je ne suis pas. On compare une étude scientifique menée sur un million de personnes pendant 14 ans basées sur des maladies constatées et des décès (en terme d 'état de santé, on ne peut pas mieux faire comme indice) avec une autre où les gens se notent? Même moi, célibataire convaincu, je me pose des questions. 

La question est : peut-on mener une étude scientifique sur la santé des couples mariés en s’adressant à eux sur leur état de santé ?

N'est-ce pas plutôt la plainte que le mariage accentue? 

Dmitry Tumin, chercheur à l’Université de l’Ohio, explique que les couples se marient de plus en plus tardivement et que le mariage est devenu une source d'anxiété : « Avec plus de sollicitations à la maison et au travail, et moins de temps passé ensemble, les couples mariés d'aujourd'hui voient davantage le mariage comme source de conflit et de stress que comme quelque chose qui protège leur santé », conclut le chercheur.

Le tout basé sur des déclarations de personnes en couple ? C’est pas un peu léger ? 

Heureusement qu'on n'attend pas ces études pour savoir si on doit se marier ou rester célibataire? Hein, on n'attend pas ces études? Rassurez-moi. 

 

Commentaires