CELIBATTANT

Le sucre, mon alter-ego

Date:  11-06-2016 Catégorie:  Bien-être

Pour la plupart d'entre nous, le sucre est une véritable dépendance dont il est difficile de se défaire.

Il vous est déjà arrivé de vous lever la nuit pour dévorer un paquet de gâteaux ou une tablette de chocolat ? Vous connaissez forcément cette irrémédiable envie de sucre dont vous ne pouvez expliquer les raisons.

On l’a tous déjà vécu – le sucre, à la fois un véritable allier mais aussi un ennemi sans précédent. On l’aime autant qu’on le déteste…

Mais alors comment s’installe cette dépendance ?

Un ou plusieurs de ces mécanismes peuvent encourager la consommation excessive de sucre :

- Un déséquilibre en sérotonine. Ce neurotransmetteur est fabriqué au niveau du cerveau et est ensuite distribué dans tout le corps, y exerçant un rôle de resynchronisation du cerveau chaque matin. Il déséquilibre l’habilité à se reposer, se régénérer et à la sérénité. Le sucre compense cette déficience. Le fait d’avoir donc des crises à vouloir manger des gâteaux, du chocolat, du pain, des pommes de terre et tout autre aliment contenant du sucre peut aussi provenir d’une insuffisance en sérotonine.

- Un déséquilibre en dopamine, l’acide aminé qui, en déficience, rend enclin aux dépendances.

- Le stress et la peur : ils déclenchent tous deux des mécanismes de libération du glucose dans le sang. L’organisme croît qu’il doit manger, faire des réserves de carburant, pour avoir à se défendre, à lutter, à faire face aux obstacles… et ce même si les peurs et le stress sont imaginaires.

Quels aliments sont en lien avec la dépendance au sucre ?

- Les boissons caféinées (café, thé, colas), le cacao, ainsi que le tabac : ils épuisent les glandes surrénales qui ne parviennent plus, par la suite, à élever le glucose du sang, lorsque l’organisme est à jeun

- L’alcool affaiblit le foie, qui ne peut plus correctement stocker puis relâcher le glucose dans le sang

- Les farines blanches, le pain blanc, les pâtes blanches, les pâtisseries raffinées : le corps les traite comme du sucre blanc.

- Le gluten : il donne envie de manger du sucre

- Les boissons gazeuses : sucrées. Elles créent une forte dépendance ;

- Le sel et le vinaigre encouragent l’ingestion de sucre pour équilibrer les saveurs ;

- Les viandes, poissons, le fromage créent aussi un désir de sucre élevé!!

Pour un régime d’élimination complète du sucre…

On suggère d’éliminer les aliments suivants, pendant 3 à 4 mois, pour se libérer de la dépendance, parce qu’il n’y a pas d’autres moyens d’y arriver que de les relayer aux oubliettes.

- Tous les sucres (restreindre les fruits)

- Les sucres fabriqués chimiquement : sirop de malt, maltose, fructose, dextrose, xylitol, sorbitol, sirop de maïs, mélasse, sucre brun, cassonade, amidon de maïs modifié

- Les sucres naturels : sucre brut, sirop d’érable, mélasse de Barbade, sirop de riz ou d’orge, miel, jus de fruits, sirop de fruits ou fruits séchés, sucre de cocotier, amasake (boisson de riz fermenté).

- Les jus de fruits (haut taux de fructose)

- Les boissons gazeuses

- Les céréales raffinées (blanches)

- Les pommes de terre

- Le café

- Restreindre les aliments riches en protéines : viandes, œufs, fromage, noix.

Que manger pour contrer les envies de sucre ? Les saveurs amères, astringentes, sûres et piquantes.

Amer : légumes verts feuillus, aubergine, curcuma, épinards, endives.

Astringent : légumineuses, grenade, kaki.

Piquant : piment fort, gingembre, cumin, ail, oignon.

Sûr (acide) : citron, vinaigre de cire de pomme, petits fruits, certaines pommes.

Ces saveurs aideront à contrer les excès des saveurs sucrées et salées qui sont abondamment consommées chez la majorité d'entre nous.

- Les grains entiers : riz brun, quinoa, amarante, millet, sarrasin. Les mastiquer longtemps afin de goûter pleinement leur profonde saveur sucrée.

- Au début et à la fin du repas, manger des carottes crues, du topinambour (aussi appelé artichaut de Jérusalem), des laitues, des radis, de la pomme de terre sucrée (yam), du panais.

- les micro-algues telles la spiruline, la chlorelle et l’AFA améliorent la digestion des protéines et le métabolisme du sucre, réduisant ses envies.

Le stévia

Comme toutes les dépendances, se défaire de celle du sucre peut s’avérer un sevrage difficile, mais peut-être sera-t-il aussi l’un des plus importants de toute votre vie.

En attendant, le stévia est un excellent produit d’alternative pour traverser la transition de l’élimination du sucre.

Plante reconnue pour ses feuilles au goût sucré, elle est recherchée pour son goût sucré tout en ne perturbant pas le mécanisme de production d’insuline. On l’utilise en extrait liquide ou en poudre verte.

On ne recommande pas la blanche, pouvant être raffinée et exempte de ses phyto-nutriments.

Chers célibattants, on peut se défaire de l’emprise du sucre !

Aussi forte qu’une drogue dure – le sucre procure des effets cependant moins intenses et moins longs.

L’été arrive, il est temps de ressortir le bikini.

Exit donc toute forme de sucre, vous vous remercierez d’avance !

Commentaires